Forum sur l'oeuvre de Francis Cabrel

Pour discuter de ses albums, de sa carrière d'artiste...


    juste un bel article ....

    Partagez
    avatar
    Nadine
    Cent ans de plus
    Cent ans de plus

    Féminin
    Nombre de messages : 2571
    Age : 54
    Localisation : Entre ciel et terre
    Citation : Un ami, rien qu'un ami, c'est aussi précieux qu'une vie.

    mon site perso : D'une poésie à l'autre c'est ici : http://myspace.voo.be/debailleul/
    Date d'inscription : 13/04/2008

    juste un bel article ....

    Message par Nadine le Ven 30 Déc 2011 - 11:18

    Francis Cabrel, l'homme de parole(s) astaffortais
    sur les traces de..

    Dans notre série « Sur les traces de… », comment ne pas évoquer le fantastique destin d'un enfant du pays discret mais omniprésent pour son village et les associations qu'il préside, copréside, aide d'une manière ou d'une autre : Francis Cabrel.

    Notre humble et modeste terroir a plusieurs fois dans son histoire reçu la visite des fées. Belles, généreuses, elles dispensent un soupçon de leur poussière magique. Leurs bénédictions accordées au hasard de la vie n'ont cependant pas été les seuls garants de la réussite de nos enfants. Travail et persévérance ont été essentiels à ces femmes et hommes gascons qui par nature n'en manquent pas, pour se hisser jusque sur des aires plus propices à révéler des talents.

    Francis Cabrel incarne la générosité des fées et l'humilité de la terre. À Astaffort, pas un coin de rue, pas un chemin de campagne, pas une ride du Gers, ne renierait son enfant. Demandez donc à un habitant d'Astaffort s'il connaît Francis : « Oh oui, on le voit souvent ici, un bien gentil garçon », vous répondront les anciens. « Ah Francis, on va jouer avec lui ce week-end. Très chouet ! », diront les plus jeunes.

    S'il ne donne pas souvent des concerts, il n'hésite pas à monter sur scène pour encourager les plus jeunes, les élèves de Musique et Culture par exemple. Le samedi avant Noël, il participa à la fête de cette association qu'il préside. Quelques notes de musique, un ou deux vibratos, et le message passe, encouragé par quelqu'un que l'on respecte et que l'on admire. Ce n'est pas rien dans une vie d'un tout-petit ou d'un adolescent ! Sans doute, Francis se souvient de ses débuts.

    Né à Astaffort le 23 novembre 1953 dans une famille italienne modeste et travailleuse, il y grandit paisiblement avec son frère Philippe et sa sœur Martine. Sur son site Internet officiel, on apprend que son père travaillait dans une biscuiterie (ndlr : les fameux et toujours délicieux biscuits Gardeil) et sa mère était caissière dans une cafétéria… L'école, les terrains de boule, les promenades en barque, la pêche à la ligne se succèdent… Il joue au basket sur la place du village avec ses copains.

    Après les années du lycée à Palissy où, paraît-il, les couloirs chuchotent encore quelques notes rebelles de ce garçon discret, il part travailler comme tous les jeunes, pour commencer dans la vie, se payer une guitare, pourquoi pas ! Il les collectionne, elles sont toutes ou presque rangées dans son studio du Boiron.

    Son plaisir, c'est de jouer dans les baloches avec des groupes successifs dont « Les Gaulois » nommés ainsi en raison des belles bacchantes que portait chacun des musiciens. Son parcours professionnel est connu, il gagne un radio-crochet de Sud Radio avec cette ode à l'amour et à son épouse Mariette, « Petite Marie » et les albums se succèdent, tranquillement.

    Généreux, il participe à de nombreuses manifestations solidaires, les Restos du cœur, Sol en Si… et beaucoup moins connues comme le festival « Tout le monde chante contre le cancer » de Villefranche-de-Rouergue. « Francis vient aider, il chante, bénévolement » présente un ami proche, musicien également, qui décrit l'homme comme « un personnage réservé, humble, généreux, qui a un sens particulièrement développé de l'amitié et de la fidélité». Autres témoignages de son altruisme, il a offert une de ses guitares lors des enchères au profit des sinistrés des inondations de Roquefort, le 24 juin 2008, et a participé au concert de soutien des sinsitrés d'AZF, il y a dix ans.

    Au village, Francis Cabrel s'implique. Il a été conseiller municipal jusqu'en 2004. A participé aux jumelages avec Solgne en Lorraine. « Il a donné son nom à l'école de Solgne », nous apprend l'actuel maire d'Astaffort, André Garros ; et avec Saint-Zénon au Québec. Le Québec : une contrée où l'Astaffortais est accueilli les bras ouverts.

    À Saint-Zénon, André le Québécois se souvient avoir gratté avec lui sur des airs francophones traditionnels comme « Chante gentil rossignol » ou encore le « Achy breaky dance ». Francis a repris, sur l'un de ses derniers albums, une chanson interprétée par le Québécois Richard Desjardins « Quand j'aime une fois, j'aime pour toujours ».

    « Il est rare qu'un nom de chanteur soit autant associé à un village », poursuit André Garros. « A tel point que partout où je vais, on me dit « Francis Cabrel est maire d'Astaffort », je réponds, « Désolé de vous décevoir, mais c'est moi le maire ! ».

    Cette terre, Francis Cabrel l'aime. Avec son frère Philippe, il cultive une vigne et produit un vin noir du Bruhlois. Le Boiron et le petit Boiron ont un sacré caractère. Vins du Sud, ils se dégustent jusqu'au fin fond des bois du Grand Nord, et toujours avec un petit air dans la tête : « Je viens du ciel et les étoiles entre elles… ».

    Le souci et le plaisir de la transmission
    À Astaffort, l'association Musique et Culture est présidée par Francis Cabrel. « Nous avons quelque 150 élèves pour une dizaine de professeurs de chant, piano, guitare, percussions, danse et, depuis quelques mois seulement, une section théâtre pour les enfants », précise Rania Serrano, secrétaire de Voix du Sud et de l'association Musique et Culture. Et comme chez les Cabrel, la famille n'est jamais très loin, Mariette, son épouse, s'implique beaucoup dans la section théâtre. Elle a notamment joué dans la pièce « 8 Femmes » qui s'est exportée jusqu'au Québec. « Francis est bien sûr notre mécène. Souvent, il organise des échanges avec d'autres artistes. Il se produit chez eux, bénévolement, et en échange, ils viennent ici. »

    Astaffort, c'est aussi Voix du Sud, une structure créée par Francis Cabrel il y a vingt ans, sans cesse grandissante qui organise, deux à trois fois par an, les Rencontres d'artistes amateurs expérimentés bourrés de talent. Un des derniers stages a fait émerger le spectacle « L'Enfant porte » qui n'a pas fini de faire parler de lui après déjà une cinquantaine de représentations en France et au Québec. « Chaque fois, pour chaque stage, Francis est là », explique Pascal Bagnara, directeur de Voix du Sud. Des stages parrainés par des grands artistes, Juliette et Michel Jonaz pour cette année, Jeanne Cherhal et Grand Corps malade pour les prochains. Voix du Sud travaille également avec l'Education nationale.

    Pas étonnant lorsque l'on découvre l'implication de Francis Cabrel auprès des enfants, les siens et tous les autres. L'homme n'est pas avare de conseils et d'encouragements. Il trouve sûrement là beaucoup plus d'intérêt que paraître dans les médias, ne leur accordant que très parcimonieusement des entrevues !

    http://www.ladepeche.fr/article/2011/12/30/1250473-francis-cabrel-l-homme-de-parole-s-astaffortais.html
    avatar
    tika
    Modérateur
    Modérateur

    Féminin
    Nombre de messages : 638
    Age : 22
    Localisation : où mes pensées me transportent
    Citation : Cette petite âme blanche, elle sera née deux fois. La première entre vos hanches la seconde entre nos bras.
    Date d'inscription : 26/06/2010

    Re: juste un bel article ....

    Message par tika le Ven 30 Déc 2011 - 17:17

    Merci Nadine merci2
    C'est un bel article simple, mais qui parle de Francis à sa juste valeur Smile

      La date/heure actuelle est Dim 26 Mar 2017 - 23:50