Forum sur l'oeuvre de Francis Cabrel

Pour discuter de ses albums, de sa carrière d'artiste...


    D'autres articles trouvés sur le Net

    Partagez
    avatar
    parenthèse
    Loin devant
    Loin devant

    Féminin
    Nombre de messages : 3495
    Age : 62
    Localisation : entre Rouen et la mer
    Date d'inscription : 13/03/2008

    D'autres articles trouvés sur le Net

    Message par parenthèse le Mer 19 Mar 2008 - 20:32

    Un article dans VoxPopMag

    http://www.voxpopmag.com/webapp/?app_action=process_content_search&search=cabrel

    Je crois que maintenant, je sais mettre un lien lol! yaah
    avatar
    Mina
    Admin
    Admin

    Féminin
    Nombre de messages : 5993
    Age : 32
    Localisation : Alger
    Date d'inscription : 11/06/2006

    Re: D'autres articles trouvés sur le Net

    Message par Mina le Mer 19 Mar 2008 - 21:22

    merci2 Parenthèse
    je recopie Wink

    Du Cabrel pur jus, sans aucun doute. Bien produit, carré, toujours agréable. Contrairement à ce que son titre laisse penser, cet album ne pique pas.

    Ah, Francis, quelle allure ! Cette petite blague, au début de l’écoute de l’album...« Je vais vous présenter mon nouveau film ! » Les journalistes présents se sont marré. Voilà Francis Cabrel, l’homme aux 14 millions d’albums, le moustachu du Lot-et-Garonne, le porte-voix des petites gens… Qui, malgré son incontestable stature dans la chanson française, pond depuis dix ans des albums qui se ressemblent tous, celui-ci compris.
    Déjà, il y a ce titre, « Des roses et des orties ». Sérieusement, Francis… Pour le prochain, je te propose « Le Chêne et le Renard », ou « Le Corbeau et le Roseau », à voir.
    On retrouve là-dedans ce que l’on aimait déjà de Francis Cabrel : une conscience aiguë du monde qui l’entoure, doublée d’un talent de parolier (poète ?) indéniable.
    Mais ce que l’on découvre avec surprise, c’est un engagement presque politique, enfin assumé, dans le traitement des questions d’aujourd’hui. Et il tape dans tous les sens : immigration (« African Tour »), discrimination (« Les hommes pareils »), hommes de pouvoir et tours d’ivoire (« Les cardinaux en costume »). Thèmes auxquels s’ajoute un questionnement sur la place de l’artiste dans le monde (« Des gens formidables »). Chez Cabrel, la revendication est volontairement naïve, voire agaçante (oui, la pauvreté est révoltante, surtout quand elle oblige à dormir dehors, et non, les riches ne partagent pas…). Mais voilà, le choix des mots et des rimes est parfait.

    Au niveau de l’instrumentation, Cabrel nous avait promis des guitares, et l’on est servi. A toutes les sauces, souvent acoustiques, parfois douze-cordes, parfois électriques à gros sabots (« Né dans le bayou », adaptation de J.J. Cale). Cabrel n’oublie jamais de rendre hommage au blues, ni à ceux qui sont ses idoles depuis ses premiers émois musicaux, à Agen, avec son band « Les Gaulois ». En tête de liste, Dylan, dont il reprend « She Belongs To Me » en fin d’album, devenue pour l’occasion « Elle m’appartient (c’est une artiste) ».


    _________________
    Y a des moments tellement beaux
    Y a que le silence pour le dire

      La date/heure actuelle est Mar 17 Oct 2017 - 12:45