Forum sur l'oeuvre de Francis Cabrel

Pour discuter de ses albums, de sa carrière d'artiste...


    LE MATIN DIMANCHE

    Partagez
    avatar
    ciboulette44
    Une star à sa façon
    Une star à sa façon

    Féminin
    Nombre de messages : 4293
    Age : 49
    Localisation : je pars faire le tour de la Terre (mais je serai rentrée pour dîner...)
    Date d'inscription : 24/01/2008

    LE MATIN DIMANCHE

    Message par ciboulette44 le Mar 25 Mar 2008 - 13:29

    Francis Cabrel: «Je dois avoir plus de courage pour dire ce que je pense»



    Image © DR
    Le nouveau CD de Francis Cabrel, c'est un déroulé de ses textes magnifiques portés par des musiques chaleureuses


    Son nouvel album, «Des roses et des orties», est plein d'amour et de nature. Les textes, magnifiques, y sont plus engagés que jamais. Charmant et sincère, il évoque son travail, sa vision du monde, ses rêves. Rencontre
    Karine Vouillamoz - le 22 mars 2008, 17h07
    Le Matin Dimanche


    1 commentaire





    La semaine dernière, au cinéma Panthéon à Paris, Francis Cabrel recevait la presse pour présenter son nouvel album, «Des roses et des orties». Simple et naturel, Francis Cabrel se pose devant l'écran et lance avec humour à l'assemblée: «Je vais vous présenter mon film. Il s'appelle «Bienvenue chez Francis!» Plutôt qu'un film, c'est un déroulé de ses textes magnifiques portés par les musiques chaleureuses de ses treize chansons qui défile sur grand écran. Le lendemain, Francis Cabrel nous accordait une interview exclusive dans le salon d'un grand restaurant parisien. Charmant, courtois et sincère, l'artiste français évoquait son album, son engagement et sa vie de chanteur.

    Votre album s'intitule «Des roses et des orties». A qui sont destinées ces orties?


    Tu veux commencer par les orties? Les orties, c'est ce que je vois de ma fenêtre sur le monde, dans l'actualité, ce que je lis, ce que je pense de la situation sociale ou politique.

    L'album précédent, «Les beaux dégâts», était plus intemporel, pourquoi cet engagement maintenant?


    Je trouvais «Les beaux dégâts» trop intemporels. Je devais avoir plus de courage pour dire ce que je pense de certaines situations. Ça finit par faire des orties. Elles ne sont jamais trop méchantes. Ça passe comme une caresse mais on y pense jusqu'à la fin de la journée.

    Ce titre rappelle également votre attachement à la terre, à la flore, non?


    C'est vrai que mon disque est plein de roses, d'orties, de cerisiers, de chênes-lièges, de petits oiseaux, de nature. Je cherche de la matière quand j'écris. C'est comme de la peinture. J'essaie d'installer des couleurs, qu'il y ait une épaisseur, des parfums. Toutes ces références sont faites pour amener chez l'auditeur comme un paysage qui déroule sous les yeux. C'est mon petit côté botaniste qui ressort.

    Avez-vous besoin d'un cadre particulier pour composer?


    Je n'écris nulle part ailleurs que dans ma maison, à ma table de travail, devant ma fenêtre, un peu toujours la même, en regardant le même paysage. Ça demande tellement de temps, de solitude, de concentration...

    Avec «La robe et l'échelle», votre regard se pose sous les plis des tissus d'une femme perchée sur une échelle. C'est un fantasme d'adolescent?


    C'est un fantasme et ça le reste parce que ça ne m'est jamais arrivé! J'attends toujours. Il y a un cerisier devant chez moi et il n'y a encore aucune fille qui est montée à l'échelle. Ç'aurait été la situation idéale pour l'adolescent timide que j'étais pour débloquer une situation. J'ai un regard tendre sur les filles qui sont, à ce qu'on dit, plus hardies que les garçons.

    C'est un appel que vous lancez là?


    Mon cerisier va être harcelé d'échelles, va savoir! (Rires.)

    A travers «Mademoiselle l'aventure», vous évoquez la mère biologique de votre fille adoptive. C'est étonnant pour quelqu'un qui fuit l'intime...


    Je ne la chanterai peut-être pas sur scène. C'est un témoignage d'amour que je voulais adresser à cette femme qu'on ne connaît pas, qui nous a fait un cadeau exceptionnel. Cette chanson a demandé tout mon courage pour l'écrire. Je voulais qu'elle soit sur l'album car elle a déclenché mon envie d'écrire. L'arrivée de cette gosse dans la famille a été un tel bonheur que ça m'a sublimé dans mon travail.

    «African Tour», cette ortie anti-Sarkozy, est dans la continuité de «Saïd et Mohammed»?


    Oui, c'est mon éternelle sympathie pour les peuples d'Afrique qu'on traite vraiment mal. On multiplie les barrières pour les empêcher de venir. On leur demande des diplômes, de recourir à des tests ADN pour faire venir leur famille. Cette chanson s'arrête à un grillage, qu'on épaissit sans arrêt. Il symbolise la frontière de l'Europe. C'est contraire à ma nature. Ces mesures me heurtent et je voulais déclarer ma sympathie à ces gens qui migrent vers nous et qu'on ralentit le plus possible.

    Les responsables, ce sont «Les cardinaux en costume», dont vous parlez dans une chanson...


    Oui, tous les gens qui ont du pouvoir, les bras longs comme on dit, qui ont le pouvoir de changer les choses mais qui ne le font pas.

    Quel est le poids d'une chanson?


    Secrètement, on souhaite qu'une chanson ait du poids mais l'histoire m'a prouvé que ça ne changeait pas grand-chose. J'ai chanté «Saïd et Mohammed» il y a vingt-cinq ans. On est toujours en train de parler du racisme qui gangrène la société. Mais heureusement, les auteurs de chansons sont têtus.

    «La vie de chanteur est encombrée, tumultueuse», c'est ce que vous décrivez dans «Des gens formidables»?


    C'est une vie tumultueuse mais faite de générosité, de partage. Dans cette chanson, je dis qu'on n'est jamais assez partageur. On peut être égoïste, casanier, peureux. Finalement, rien ne nous différencie du commun des mortels sauf l'image un peu déformée de nous qu'on a eu à travers les médias. On peut penser être supérieur à la moyenne mais non, on est comme tout le monde. On vieillit, on se courbe et un jour, on n'est plus là. Il ne faut pas s'inquiéter de ça.

    Là, c'est le Francis Cabrel chanteur qui parle. Lorsque vous retournez chez vous, vous retirez les apparats?


    Même quand je fais le chanteur, je n'ai pas l'impression d'être si chanteur que ça. Je suis un père de famille qui chante. Un citoyen qui sait jouer un peu de guitare et qui, de temps en temps, présente quelques chansons. Ce n'est pas le côté chanteur qui domine ou qui vampirise l'être humain, qui tend à être le plus anonyme possible et semblable aux gens qui l'entourent. J'ai toujours essayé de garder de la distance. Il faut se méfier de la vanité, ne jamais être dans la certitude. C'est très dangereux les certitudes.

    Grâce au «Soldat rose», vous êtes devenu l'idole des enfants...


    (Il commence à chanter «Je garde les pieds sur terre...», ndlr.) Quand je croise des gosses dans la rue, ils me chantent la chanson! L'un d'eux m'a dit: «Tu t'es trompé à la télé l'autre fois!» C'est vrai qu'elle est un peu difficile à chanter... C'est compliqué d'écrire pour les enfants, je ne m'y suis jamais vraiment plongé mais j'admire les gens qui réussissent à toucher les enfants. C'est le meilleur public qu'on puisse imaginer: celui de la spontanéité, de la vraie naïveté. Peut-être qu'un jour j'essaierais de faire un disque pour enfants. Pourquoi pas?

    Journée spéciale Francis Cabrel le 27 mars, sur Option Musique
    À ÉCOUTER
    «Des roses et des orties», par Francis Cabrel, Sony BMG.
    Sortie le 27 mars





    DR

    Ballade acoustique au milieu «Des roses et des orties»


    Francis Cabrel ouvre son album avec une poignée de roses, celles de «La robe et l'échelle», ravissant single porté par des guitares flamenco. Le chanteur évoque le pouvoir avec «Les cardinaux en costume» et son refrain en espagnol. Suit l'«African Tour» sur des sonorités acoustiques. Tout en délicatesse, «Mademoiselle l'aventure», ode écrite pour la mère biologique de sa fille adoptive, est soulignée de quelques notes de piano. Cabrel touche au sublime avec «Des hommes pareils» et «Des gens formidables», aux mélodies amples, distinguées, soutenues par des belles guitares. Si Dylan n'avait pas existé, peut-être que Francis Cabrel n'aurait pas chanté. Il lui rend hommage à travers sa reprise, adaptée en français, de «She Belongs to Me». «Born in the Bayou» de John Fogerty ou «Madame n'aime pas» de JJ Cale trouvent une nouvelle vie sous la direction du chanteur français. Au final, «Des roses et des orties» est empli de douceur, d'engagement, de sentiments, de colère, de poésie et de guitares. Il se laisse tant apprivoiser qu'on finit par ne plus le quitter.
    avatar
    troubadesse
    Co-Administratrice
    Co-Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2990
    Age : 42
    Localisation : A la rive du Neckar
    Date d'inscription : 27/09/2006

    Re: LE MATIN DIMANCHE

    Message par troubadesse le Mar 25 Mar 2008 - 13:36

    merci2 ciboulette!

    :bisous:


    _________________
    -----------------------------------------------------------

    "Ca change tout dedans, ca change tout autour..."

    sunny sunny sunny
    avatar
    Mina
    Admin
    Admin

    Féminin
    Nombre de messages : 5993
    Age : 31
    Localisation : Alger
    Date d'inscription : 11/06/2006

    Re: LE MATIN DIMANCHE

    Message par Mina le Mar 25 Mar 2008 - 22:31

    merci2 Ciboulette

    C'est vrai que mon disque est plein de roses, d'orties, de cerisiers, de chênes-lièges, de petits oiseaux, de nature.

    comme d'habitude, les oiseaux sont toujours présents dans ses chansons ange

    C'est comme de la peinture. J'essaie d'installer des couleurs, qu'il y ait une épaisseur, des parfums. Toutes ces références sont faites pour amener chez l'auditeur comme un paysage qui déroule sous les yeux. C'est mon petit côté botaniste qui ressort.

    il doit avoir un talent de peintre aussi , j'ai l'impression qu'il peint cyclops

    Je ne la chanterai peut-être pas sur scène.

    oh, Silvia toi qui voulait qu'il la chante sur scène, il l'annonce bien à l'avance pale


    _________________
    Y a des moments tellement beaux
    Y a que le silence pour le dire

    Contenu sponsorisé

    Re: LE MATIN DIMANCHE

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 23 Juin 2017 - 20:19